Reproduction-jument
Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le :

Tous les propriétaires de juments se sont déjà un jour posé la question de faire reproduire leur équidé, mais concrètement, comment ça se passe ? En effet, mettre sa jument à la reproduction n’est pas toujours simple, de nombreux critères doivent être pris en compte.

Faire pouliner sa jument est une idée qui a traversé l’esprit de nombreux propriétaires, cependant la reproduction de la jument n’est pas si simple. De plus, il faut savoir que la jument en gestation, au poulinage et suitée (accompagnée de son poulain) exige une attention particulière ! Il faudra apporter aux animaux un environnement adéquat, une couverture idéale de leurs besoins et des soins adaptés. Lorsque ces conditions sont réunies, il faut vérifier l’aptitude de la jument à pouliner, puis se renseigner sur la réglementation et choisir parmi les différents types de montes possibles. Il est donc indispensable de bien étudier les diverses options possibles, prendre en compte les contraintes techniques et économiques des différentes possibilités envisagées avant de décider de mettre sa jument à la reproduction. Pour cela, il est nécessaire de connaitre les bases de la reproduction chez la jument.

Les bases de la reproduction

L’anatomie de l’appareil reproducteur de la jument comporte deux ovaires, un utérus composé de deux cornes, du corps et du col, un vagin et une vulve. Les ovaires sont reliés à l’utérus par l’oviducte, qui sera le siège de la fécondation. En réalité, à chaque cycle, un des deux ovaires produit normalement un ovule qui sera expulsé vers l’oviducte pour pouvoir être éventuellement fécondé par un spermatozoïde. L’embryon formé pourra ensuite s’installer dans l’utérus pour s’y développer.

La-reproduction-jument-partie2-2L’activité de reproduction de la jument est saisonnière, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de chaleur l’hiver, l’appareil reproducteur de la jument est au repos, on parle d’inactivité ovarienne, d’anoestrus saisonnier ou encore d’anoestrus profond. L’activité sexuelle reprend progressivement au printemps, lorsque les jours s’allongent et que le temps d’éclairement augmente. La jument va donc commencer une succession de cycle, une douzaine en moyenne puis l’appareil reproducteur se remettra au repos pour la période hivernale. Durant les beaux jours, chaque cycle donne normalement lieu à un ovule. Celui-ci pourra être fécondé sur une période très courte, à la fin des chaleurs, après l’ovulation. Pour que la fécondation ait lieu, il faut donc que l’accouplement ou l’insémination soit réalisé dans un lapse de temps bien précis. S’il n’y a pas de fécondation, un nouveau cycle recommence.

La-reproduction-jument-partie2-3La période de reproduction commence donc en général au printemps de façon à avoir un poulain aux beaux jours, en comptant effectivement 11 mois de gestation. Cependant, il est fréquent que les premiers cycles après la sortie d’un anoestrus profond ne soient pas toujours exploitables, anormalement longs ou ne donnant pas d’ovule possiblement fécondable, c’est pourquoi dans certains élevages, on procède à la mise sous lumière artificielle des juments, mimant en hiver l’allongement de la durée du jour, afin de commencer la saison de reproduction plus tôt dans l’année. Cette technique est utilisée pour pouvoir exploiter plus de cycles sur les juments difficiles ou pour faire naître des poulains plus tôt dans l’année.


Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.