examen-coprocopique-2
Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le :

La coproscopie chez les équidés est l’examen qui consiste à analyser une petite quantité de crottin pour y rechercher des éléments parasitaires comme des larves ou des œufs de parasites. Elle est l’une des clés de la vermifugation raisonnée. 

examen-coproscopique-1La coproscopie chez les chevaux est l’examen qui consiste à analyser un échantillon de crottin afin de rechercher des éléments parasitaires. Le but de l’analyse est de confirmer ou d’infirmer la présence de parasites chez le cheval et ainsi d’adapter au mieux son protocole de vermifugation. En effet, l’examen coproscopique peut être utilisé dans de nombreuses situations : lorsque l’on suspecte du parasitisme chez un équidé (lors d’amaigrissement, de diarrhée, de colique, de contre performance…), pour déterminer le statut parasitaire d’un individu, par exemple un cheval nouvellement arrivé dans une écurie, un équidé récemment vermifugé sur lequel on suspecte un phénomène de résistance ou sur lequel on souhaite vérifier l’efficacité d’un vermifuge (vermifuge naturel par exemple), ou encore dans le cadre d’un programme de vermifugation raisonnée.

Intérêt et limite de la coproscopie chez les chevaux

Examen-coproscopique-2L’avantage de la coproscopie chez les chevaux est, lorsque cette dernière est positive, c’est-à-dire lorsque des éléments parasitaires ont été observés à l’examen, de pouvoir confirmer la présence de parasites adultes chez le cheval prélevé, voir même d’identifier les parasites incriminés et de connaitre le degré d’infestation. En effet, lorsque la coproscopie est positive, la présence de parasitisme chez le cheval est une certitude, ainsi, selon le degré d’infestation, le parasite identifié, l’âge de l’équidé, son état de santé, son mode de vie, etc… un traitement adapté pourra être mis en place par votre vétérinaire.

A l’inverse, lorsque la coproscopie est négative, c’est-à-dire qu’aucun élément parasitaire n’a été observé à l’examen, il est beaucoup plus difficile de conclure. En réalité, l’absence d’œuf ou de larve visible au microscope ne signifie pas forcément une absence de parasitisme chez le cheval prélevé ! En effet, certains parasites ne rejettent pas d’œuf ou de larve dans les crottins, comme les gastérophiles ou les oxyures, de plus, même lorsqu’il y a rejet d’éléments parasitaires dans les crottins, la répartition de ces derniers dans les selles n’est pas homogène et l’excrétion des œufs ou des larves de parasites est intermittente (particulièrement pour les ténias), il est donc possible que dans l’échantillon de matière fécale analysé, il n’y ait pas d’élément parasitaire alors que le cheval est tout de même porteur de parasites adultes.

examen-coproscopique-3

Dans ce cas, de nombreux paramètres doivent être pris en compte afin de déterminer si le cheval doit être vermifugé et avec quel produit (état du cheval, présence de symptômes, âge, mode de vie, statut parasitaire des autres chevaux de l’écurie, etc.…) et si possible, l’examen coproscopique sera répété sur de nouveaux prélèvements.

 

Ils peuvent être associés avec les vermifuges naturels avec Technihorse :

Herb Equine Cool Verm Pâte – 60 ml

Herb Equine Cool Verm Liquide – 1 litre

TRM Poudre d’Ail (Garlic Powder)

Et avec les compléments alimentaires destinés à soutenir le système immunitaire :

Audevard Immuno RS

Twydil Mucoprotect – 10 x 50 gr


Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.